Bol disco

Bol disco
© Photo B. Reverdy Graphiste M. Safatly

dimanche 28 février 2016

Quelques questions à Guillaume Belhomme sur son livre "My Bloody Valentine Loveless" 1/3

Archives G. Belhomme
My Bloody Valentine Loveless arrive en cette première semaine de mars en librairie. L’occasion de poser quelques questions à son auteur, Guillaume Belhomme.

Qu’est-ce qui vous a amené à choisir de travailler sur Loveless en particulier ?

J’avais quinze ans quand Loveless est sorti et, depuis, c’est un disque que j’écoute encore, et même régulièrement – comme In Ribbons de Pale Saints, ou Dry de PJ Harvey par exemple. A l’époque, j’écoutais donc principalement ce qu’on appelait du « rock indépendant » et je publiais (à une cinquantaine d’exemplaires tout au plus) un fanzine de quelques pages, Leave me Alone? J’avais la chance d’habiter près de Rennes, où la plupart des groupes qui officiaient dans « le genre » avaient l’habitude de donner des concerts. Plusieurs fois par mois, je fréquentais donc la Salle de la Cité, l’Ubu…, et j’avais parfois la chance de rencontrer les groupes en coulisses sous le prétexte d’avoir quelques questions à leur poser pour mon fanzine… Loveless est donc un souvenir de jeunesse, mais pas seulement : comme je l’écris au début du livre, j’ai l’impression qu’à chaque nouvelle écoute ses couleurs changent : « Est-ce sous l’ef­fet de la lumière sinon sous l’effet du temps que changent ses couleurs – ce fuchsia d’emprunt, et puis ses bleus de guède et ardoise ? » J’ai consacré il y a quelques années un petit livre à For Bunita Marcus du compositeur américain Morton Feldman : si les deux disques n’ont, sur la forme, rien à voir l’un avec l’autre, ils me font l’un comme l’autre l’effet de se transformer au gré des écoutes. C’est assez particulier…


Comment vous êtes-vous approprié la ligne éditoriale de la collection ?

Je me la suis « appropriée », je crois que c’est le mot juste. J’avais lu The Cure Pornography de Philippe Gonin dans la même collection mais, au moment de me mettre à l’écriture de Loveless, je n’ai pas voulu aller voir à quoi ressemblait la structure du texte ; d’ailleurs, j’aurais été bien en peine de dire si celle-ci répondait à un « cahier des charges » soumis à l’auteur par les éditions Densité. J’ai donc écrit Loveless comme j’ai écrit mes autres livres, en n’en faisant qu’à ma tête, avec une écriture peut-être un peu « particulière », des allusions, des recoupages, des renvois… Je dois d’ailleurs remercier Hugues Massello pour la souplesse avec laquelle il a bien voulu accepter ce texte, qui est peut-être moins formel que ce qu’on peut généralement attendre pour ce genre d’ouvrage.

1 commentaire: